La transaction permet de prévenir ou de mettre fin à une contestation entre l’employeur et le salarié. Par le biais de cet accord, l’employeur et le salarié choisissent de mettre un terme à leur différend et renoncent à toute contestation ultérieure.
La transaction, pour être valable, doit comporter des concessions réciproques de la part de l’employeur et du salarié. A titre d’exemple, l’employeur versera une indemnité transactionnelle supérieure à l’indemnité de licenciement, en contrepartie, le salarié renoncera à contester son licenciement.

La transaction doit être rédigée par écrit et signée par l’employeur et le salarié.
La transaction met fin à toute contestation actuelle ou future de l’une et l’autre partie. Selon la loi, la transaction signée par les parties a autorité de la chose jugée. Elle a les mêmes conséquences qu’un jugement.

Pour l’entreprise, la transaction permet d’éviter un procès devant le Conseil de Prud’hommes, pour le salarié, elle permet le versement d’une compensation financière, qui indemnise ses préjudices, tout en évitant une procédure.
Pour une plus grande garantie des droits de chacun, il est préférable de faire appel à un Avocat, tenu à la confidentialité.